QUI EST FRANCOIS-XAVIER BIGO ?

          François-Xavier Bigo a exploité avec sa compagne un centre de tourisme équestre et école de dressage pendant une dizaine d'années, après avoir été ente-autre conseiller en élevage et sellier-bourrelier. Il est actif dans plusieurs associations équestres défendant l'équitation de tradition française et est également secrétaire général et instructeur fédéral de la Fédération des Randonneurs Equestres de France.

            Il a débuté l'équitation en même temps que le scoutisme en 1968.

Sa formation équestre a été des plus traditionnelles et il c'est passionné pour le dressage classique dans les années 80. Parallèlement au travail de manège, il a toujours pratiqué la randonnée qu'il définit comme du « scoutisme à cheval ». Il s'est rapidement rendu compte que certaines techniques de l'équitation sportive généralement enseignées n'étaient pas totalement appropriées aux besoins spécifiques du tourisme équestre car répondent à des objectifs fondamentalement différents.

        La randonnée équestre est un moyen de voyager à cheval. Elle implique donc d'amener un cheval d'un point à un autre, sur de longues distances  avec un minimum de fatigue (donc de tensions) tant pour le cheval, que pour le cavalier. Il convient donc de conserver au cheval sa locomotion naturelle, de lui permettre de s'équilibrer « de lui même » ce qui est incompatible avec la notion d'appui sur la main, l'usage d'enrênements contraignants...

           C'est au début des années 2010, alors qu'il préparait une licence de management des établissements équestres à Saumur, puis qu'il travaillait sur le programme de numérisation des livres anciens pour l'école nationale d'équitation qu'il a rencontré l'écuyer du Cadre noir Patrice Franchet d'Espèrey    « chercheur en équitation » dont les travaux s'inscrivent dans la continuation du bauchérisme de la deuxième manière et du capitaine Beudant (auteur du livre « Extérieur et haute école »). Cette rencontre a profondément modifié son équitation tant en ce qui concerne le travail à pied que monté et lui a permis de trouver des réponses plus adaptées aux besoins spécifiques du tourisme équestre.

Réflexion sur une nouvelle équitation

© 2016 by Horse Escape